Comment je me suis alimentée sur le marathon

Comme vous le savez peut être déjà, je n’arrive pas à m’alimenter sur les courses, et plus particulièrement sur les triathlons, car à vélo rien ne passe.

Je réalise des tests sur chacune de mes sorties pour voir si je tolère, mais les conditions de courses ne sont pas les mêmes … on verra donc comment ça se passe au triathlon de Paris.

Côté marathon, l’an dernier en 2015 :

J’ai petit déjeuné comme d’habitude => fausse bonne idée n°1

j’ai zappé tous les ravitaillements (pour aller plus vite) => fausse bonne idée n°2

j’ai emporté plein de chose à manger (enfin une bonne idée), mais je n’ai pris qu’un shot arrivée vers le 36è km => on en est déjà à la 3ème bonne fausse idée …

****************************************************

Cette année, j’ai décidé de ne pas reproduire ces erreurs, et d’écouter les sages … ceux qui ont l’habitude de ce genre de courses.

Je vais donc vous livrer mes « bons-plans » alimentaires du marathon 2016.

Petit déjeuner :

Pas de pain/beurre, ni de jus d’orange, mais une part de gateau sport « maison » (recette à venir). Pour les flemmardes, pressées, il y en a de bons dans des marques variées au chocolat avec des pépites …

J’ai remangé une portion du gateau 20mn avant le départ.

Sur la course :

je suis partie avec ma poche à eau dans laquelle j’ai mélangé de l’eau avec de l’Hydrenergy4 gout tropical. Testez bien votre boisson avant de l’employer sur une course, pour ma part, c’est le goût que je préfère.

IMG_4027

Je me suis arrêtée à tous les ravitaillements prendre de l’eau et j’ai marché pendant que je buvais et mangeais (pour mon tube digestif est susceptible).

FullSizeRender 65

Stand Meltonic sur le salon du running

1er ravitaillement : compote pomme/châtaigne que j’avais dans mon sac … j’avoue avoir été un peu vite sur le premier ravitaillement, la peur de m’arrêter 😉 Je n’ai bu qu’une gorgée ou deux de ma compote … puis l’ai perdu sur le parcours 🙁

FullSizeRender 68

Ravitaillement 2 : 2 sucres et une poignée de raisins secs (même si je ne suis pas fan de ces raisins, vraiment très secs que l’on trouvait sur les étals du ravito)

Ravitaillement 3 : 1 gel sucré et des raisins

Ravitaillement 4 : 1 gel salé et du sucre

FullSizeRender 66

Ces gels me conviennent bien car ils sont très digestes et très liquides … pas besoin d’effort supplémentaire pour avaler et digérer

Ravitaillement 5 : quelques Bretzels et un reste de gel sucré

pretzles

Ravitaillement 6 : 1 gel salé et 1 sucre

Ravitaillement 7 : 1 gel sucré et 1 sucre

Après, je ne me souviens plus très bien … j’ai du prendre un gel boost sur un ravitaillement, du sucre …

FullSizeRender 67

J’insiste sur le fait que m’arrêter sur les ravitaillement n’a pas été une perte de temps, bien au contraire. Ces micros pauses m’ont permis de faire redescendre les pulsations cardiaques et de reprendre des forces pour le reste de la course.

J’en profite également pour remercier tous les bénévoles qui nous tendaient les bouteilles d’eau et étaient aux petits soins pour que tout se passe pour le mieux.

J’espère arriver à m’alimenter aussi bien sur mon prochain triathlon qui devient maintenant imminent … à suivre …

Et vous, quels sont vos bons plans nutritionnels ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *