CR Half Ironman Vichy 2016

      10 commentaires sur CR Half Ironman Vichy 2016

Vichy 2016 est un bon cru ! Vous qui me suivez, vous n’êtes pas sans savoir que j’avais ma revanche à prendre … et c’était samedi 27 Aout que ça se passait. Accrochez vous pour ce CR interminable 😉

Cette année, je suis arrivée le jeudi soir après le boulot avec 2 amis (Fred et Xavier) pour pouvoir retirer mon dossard tranquillement. Au programme du vendredi, shopping sur le village, sherpa pour les copains, petit run de décrassage sur les bords de l’Allier, pose du vernis, préparation des affaires, sieste et discuter avec les copines.

IMG_6584 IMG_6599 IMG_6655 JPEG image-69913C65CD19-1 JPEG image-A491647886A4-1

 

Le jour J :

La journée commence en fanfare puisque je suis réveillée en pleure … dans mon cauchemar, je suis encore hors délai. Ca doit être la 3ème fois dans ma vie que je me réveille en pleurant, c’est dire mon état de stress !

Le déjeuner pris dans ma chambre (gâteau sport maison), nous partons sur les lieux de la course. Mon chéri essaie de me changer les idées, mais je suis stressée (et je pense qu’il l’est autant que moi).

Heureusement, je fais partie du programme Tri Club, et tous les membres de mon club sont installés à côté de moi dans le parc, ce qui est rassurant car on peut discuter. Fred s’occupe même de mon vélo et regonfle mes pneus. J’en profite pour y placer mes 2 bidons et mes 4 gels sur le vélo.

Cette année, pas de combi, il fait trop chaud (température de l’eau 25 degrés). Je ne suis pas stressée par le fait de nager en trifonction car j’en ai gardé un bon souvenir lors du triathlon de Paris de 2015.

Le départ ne se fait par contre pas comme l’an dernier, pour des questions de sécurité, nous partons maintenant en rolling start (3 par 3) pour éviter les coups et la cohue. Le départ se fait donc plus calmement, pas de coup de révolver pour signaler le départ … tout est calme, trop calme.

Cette année, la pression est forte, si l’an dernier j’avais le « bénéfice du débutant », cette année, je suis mieux entrainée, c’est une seconde tentative, et je ne peux pas me permettre de ne pas aller au bout.

Je me mets une pression terrible, et suis encore en pleure avant le départ. Mon chéri me briefe, me rassure en me donnant des messages positifs, mes amis m’encouragent. Juste avant d’arriver dans le sas de départ, je croise Yoyo qui a dû voir mon stress et qui essaie de me rassurer … j’aime à penser que c’est un signe de bon augure. J’interprète le moindre signe qui peut me faire penser que je vais pouvoir aller au bout, comme si c’était une histoire de chance.

Petit à petit, la file du départ avance, et j’arrive sur le ponton pour prendre le départ … j’y suis, je me jette à l’eau (puisqu’il faut sauter du ponton), et me mets à nager. le but, faire ce que je peux pour ne pas sortir de l’eau cramée. Je pensais le faire en brasse car j’ai l’impression d’être plus rapide, mais je fait tout en crawl, finalement plus à l’aise, et moins consommateur d’énergie.

Comme l’an dernier, je colle la ligne du milieu et entend régulièrement les bénévoles me crier d’aller à droite. Je retrouve les sensations agréables du lever de soleil qui fait du bien, et me destresse en me disant que l’endroit est magnifique, qu’il fait beau et que la journée sera belle.

Le retour me parait dur et interminable, je le trouvais plus facile l’an dernier. Bref, je sors de l’eau sans connaitre mon temps car ma montre s’est arrêtée. Je trottine, je gère de mieux en mieux la transition, en arrivant à courir, en ayant l’esprit frais, c’est un point positif. J’ai bien visualisé ou est mon sac « bike », le récupère rapidement et file dans la bonne tente mettre mes chaussures et enfiler mon casque. La transition se passe impeccablement, je gère de mieux en mieux.

Aller, je file sur le vélo et emprunte le parcours que je connais puisque je l’ai fait l’an dernier et également lors de mon stage en juillet. Les sensations arrivent de suite, mon estomac se bloque, me sens gonflée … j’entame donc le vélo encore affaiblie par la natation.

Heureusement, mon niveau est meilleur que l’an dernier, j’arrive donc à rouler plus vite sur le parcours. Je m’oblige à boire toutes les 10mn, mais rapidement j’ai l’impression de me noyer sous l’eau absorbée … quand à manger, ça me dégoute.

finisherpix_1329_001606

Comme je ne suis pas partie dans les derniers, je ne suis pas seule sur le parcours, c’est plutôt rassurant. je veux m’arrêter, mais n’ose pas de peur de perdre trop de temps. Je vois mon chrono baisser au fur et à mesure, et décide de m’arrêter pour essayer de mieux respirer, ouvrir ma cage thoracique pour voir si je me sens mieux après. Cyril me double et m’encourage pendant mon arrêt … ça me fait du bien de voir une tête connue. Je repars, mais ça ne va pas mieux et le moral en prend un coup, je me mets à pleurer sur mon vélo. Si l’an dernier au 60è je croyais pouvoir aller au bout, cette année je pleure de peur de ne pas y aller (vous allez dire que je pleure tout le temps 😉

J’arrive bientôt au 70è et sais que je vais attaquer les « côtes », mais comme je sais à quoi m’attendre cette année, elles passent … moins bien qu’à l’entrainement, mais elles passent.

finisherpix_1329_025125

15km avant l’arrivée, je vois Martin qui est couché sur le bas côté pour me prendre en photo … ça me fait un bien fou ! je lui dis que j’ai du mal … il voit bien que je suis mal, et me suis de loin sur son vélo tout en m’encourageant pour ne pas que je faiblisse si proche du but.

J’arrive au parc à vélo avec d’autres coureurs … je ne suis pas dernière, je ne suis pas hors délais, je suis rassurée. Maintenant que j’ai posé le vélo, j’ai l’impression que rien ne pourra m’arriver et sais que je vais arriver au bout quoi qu’il arrive.

Comme je suis toujours génée au niveau de l’estomac, je décide de prendre mon temps dans la tente de transition. Je m’assois, reprends ma respiration, regarde les autres concurrentes autour de moi se préparer. Lorsque je me lève, je suis prise par une envie de vomir et sors de la tente … de l’eau et de l’eau … mais quel bien ça fait. Un petit pipi et me voilà repartie en CAP … Tout ça me coûtera 11mn de transition, mais je pense que ça vaut le coup.finisherpix_1329_072430

J’ai les jambes lourdes, mais me sens bien ! je cours à mon rythme, celui qui me permettra de tenir en étant bien jusqu’à la fin. Tous les 2km, je prends un gobelet d’eau, de boisson énergétique et/ou un gel. Bien sûr, c’est la canicule, alors je me fais doucher … quel bien ça fait … et en plus, c’est amusant.

finisherpix_1329_033128

finisherpix_1329_042994

Je discute avec les bénévoles, avec les participants, je prends vraiment du plaisir sur le semi marathon. Je m’accorde même le luxe de retourner aux toilettes, de mettre du papier sur la cuvette pour m’y sentir bien et me reposer … comme c’est bon ! Je sors de l’endroit encore mieux et double des concurrents, c’est grisant.

finisherpix_1329_050608

Le premier tour se passe vite, le parcours est varié, le long de l’Allier, dans les parcs ou la ville. Les spectateurs sont présents et nous encouragent sur tout le parcours. Un tour dans l’arène d’arrivée et je repars à l’assaut du second tour … autant dire que c’est fini ! je n’ai jamais été si proche du but ! Lors de ce tour, je remercie les bénévoles (puisque je ne les reverrai plus), revois mon chéri qui vient à ma rencontre à vélo, je suis sur mon petit nuage. A 1km de l’arrivée, avant de monter sur le pont, j’aperçois Birgit, c’est cool, on va finir quasiment ensemble !

finisherpix_1329_062698

J’accélère avant l’arrivée, ça sent l’écurie … me voilà maintenant dans l’arène, j’ai du mal à y croire, je coupe même le tapis 😉 … et enfin sous le porche, moi qui en ai rêvé pendant un an ! Le speaker crie mon nom ! j’y suis, je suis finisher !!! On me donne ma médaille.

finisherpix_1329_059017

A l’arrivée Cyril est là, ému lui aussi par son arrivée, on se congratule mutuellement, il me dit qu’il avait peur pour moi quand il m’a croisé à vélo. Birgit arrive, elle me tombe dans les bras, nous sommes finisher ! nous l’avons faits ! nous sommes fières ! Mélanie arrive ensuite, je la prend dans mes bras, elle est en pleure, fatiguée, j’essaie de la réconforter.

Ce sont des moments chargés d’émotions, ou l’on se sent vivant !

Pas envie de manger, ni de boire, je récupère mon vélo et mes affaires pour aller retrouver mon chéri, envie de lui raconter ma course, mes émotions, mes sensations. Je le retrouve et laisse évacuer tout le stress accumulé, je pleure, de joie cette année ! Je retrouve Philippe qui m’a bien encouragé pendant la course et attends Alex qui a fait une super course pour son 1er … j’ai hâte qu’elle me raconte.

La suite, c’est un mélange de papotage, congratulations des uns et des autres, et 2 bouteilles de champagne pour fêter ça avec les amis 🙂

Je profite de ce compte rendu pour remercier mon coach, Renaud Meilland qui arrive à me faire comprendre gentiment que l’on a rien sans rien 😉 Que même quand je n’ai pas envie de m’entrainer, il vaut mieux que j’en fasse un peu plutôt que rien du tout.

Je remercie également Yohann Vincent et ses conseils, mes amis qui ont roulé avec moi pour que je prenne confiance en moi (Anne Paule, Fred, Xavier, Jean-Mi, Marco, Yo et Alain, …) et mes supers copines de club avec qui je me marre lors de mes sorties (Morgane, Ines, Vanessa, Nadia, LN, Dany…)

Tous mes supporters sur le blog ou les réseaux sociaux … ça parait pas, mais vous me boostez au quotidien.

Les bénévoles qui ont souffert de la chaleur toute la journée, en étant aux petits soins pour nous …

Et mon chéri … qui m’accepte comme je suis avec mes changements d’humeur en fonction de mes sensations à l’entrainement …et qui au lieu de se reposer le jour de la course, est venu m’encourager.

Bon sinon voilà mes « performances » :

Capture d’écran 2016-08-30 à 23.19.18

J’espère vous avoir donné envie de vous lancer vous aussi !!

10 thoughts on “CR Half Ironman Vichy 2016

    1. admin Post author

      Yesss ! j’ai l’impression de vous avoir toutes fait peur l’année dernière avec mon récit 🙁
      Alors si je peux maintenant vous donner envie … tant mieux 🙂

      Reply
  1. Alexandra

    «Rappelle-toi: tu es plus brave que tu ne le crois, plus forte que tu ne le parais et plus douée que tu ne le penses»

    Encore un Grand Bravo…

    Reply
  2. geraldine

    Bravo léna, beau récit et belle course ! Beaux chronos aussi !!!!
    Un énorme bravo à toi, pour ta détermination, ta volonté et aussi pour tout ton travail qui a payé !
    t’es une half-iron woman !!! mes félicitations … 🙂

    bisous ma belle et a te lire pour tes prochaines aventures … 😉

    Reply
  3. Nicolas

    Bonjour à toi Mme Ironwomen 70.3,

    Très beau résumé et félicitation avec un excellent temps, le travail et la persévérance payent toujours et de plus un excellent temps, bravo à toi pour ton exploit.

    J’ai regarder l’ensemble de ton blog que je viens de découvrir et vu tes phases d’entrainement sois sur de tes forces car Wouah tu ne rigoles pas 😉 et encore félicitations.

    Nicolas

    Reply
  4. Tati

    Bravo, bravo Léna, la revanche est prise et de quelle manière! Trop forte! c’est vraiment émouvant, il faut quand même être bargeot pour se lancer dans les trucs pareils =D 😉 bon hein je te suis dans ta folie =D par contre tu vois j’ai eu raison de ne pas faire Vichy cette année, j’aurais dépassé la BH de quelques minutes 🙁 Un jour on sera des ironwoman 140.6! Il faut y croire! 🙂

    Reply
    1. admin Post author

      C’est top ce que tu fais ! et un marathon maintenant … mais on ne t’arrête jamais 😉
      Oui un jour viendra :-)))

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *