COMPTE RENDU #4 : Ecotrail 30km de Paris

Samedi dernier, le 21 mars, je participais à mon premier trail et à mon premier 30km … un double défi pour moi, dernier test avant le Marathon.

RETRAIT DES DOSSARDS :

Pour cette course, pas besoin de retirer mon dossard, j’ai gracieusement obtenu mon dossard grâce à l’association sportive de SFR (que je remercie), grâce à un désistement et après mes déconvenues (inscrite au 80km et impossible de changer mon inscription).

Avec un peu de customisation !

Avec un peu de customisation !

PREPARATION :

Cette course mérite un peu plus de préparation qu’une course classique car il s’agit d’un trail (mon premier) et il y a du matériel obligatoire à emporter.

FullSizeRender-1

Je me suis donc équipée d’un sac à dos type Camelback de marque Salomon (je n’en avais pas, je ne cours jamais équipée d’un sac à dos). J’ai testé ce nouveau sac lors de ma sortie du mardi pour valider les réglages des différentes sangles.

Contenu de mon sac :

  • une poche à eau de 1,5l (mélange eau + Isostar),
  • 2 compotes banane,
  • un gobelet (pour les ravitaillements),
  • un coupe vent,
  • une couverture de survie.

Côté vestimentaire, gros dilemme la veille au soir à cause de la météo … j’ai toujours trop chaud en course, alors j’ai prévu un short, des chaussettes montantes, ainsi que mon coupe-vent en cas de pluie.

Côté chaussures, j’ai également hésité à courir avec mes Wave Rider, le terrain n’étant pas trop caillouteux et terminant par 10km de bitume, mais j’ai finalement préférer courir en Mizuno Wave Ascend car même si elles sont typées trail, elles restent souples et polyvalentes.

LE JOUR J :

Levée à 7h comme pour le semi-marathon j’ai déjeuné de tartines beurrées et bu un grand verre de jus d’oranges fraichement pressées.

Départ donné à 10h, mais arrivée à 9h, j’en ai profité pour discuter avec les copains du club, boire un thé bien chaud, faire des photos … bref, savourer l’ambiance.

J’ai été bien optimiste de vouloir courir en tee shirt à manches courtes … j’ai froid et regrette de ne pas avoir pris un tee shirt plus chaud. Heureusement, un copain d’une copine me propose un tee shirt qu’il n’utilisera pas (j’ai eu raison d’accepter).

IMG_6341 IMG_6373

Pour cette course, je n’ai pas couru avec mon chéri qui faisait sa course. Mon coach m’avait dit « c’est un entrainement, tu ne cours pas dans les côtes, et pas plus de 9km/h sur le plat ». Ma copine Véro (qui s’entraine pour le MDS) m’a pris sous son aile pour faire le parcours et m’a dit « que nenni, tu feras ce que je te dis » … et là, je me dis que JE VAIS SOUFFRIR ! (sachant que je ne cours pas vite sur le bitume, que je déteste les côtes, et que c’est mon premier trail).

Je fais partie des 2825 participants, et je m’élance dans la 4ème vague de départ, dans l’avenue du Château de Meudon. Je pars gentiment le profil est plutôt ascendant sur des pavés (ça donne le ton), mais je me sens bien. Véro donne la cadence, et je la suis … direction l’Observatoire de Meudon.

Du monde sur la ligne de Départ

Du monde sur la ligne de Départ

Le départ est proche ...

Le départ est proche …

Je serai bien incapable de vous faire un récit détaillé des différents kilomètres, tant le parcours est varié, des montées, des descentes, du plat dans la forêt de Meudon.

Véro ne veut pas que je marche « si tu marches, tu marches vite » elle me donne la cadence « 1-2, 1-2 … » parfois, nous sommes bloquées dans une file indienne de trailers qui montent en marchant (et j’avoue que ça me donne un prétexte pour ne pas courir).

Concentrée la fille ;-)

Concentrée la fille 😉

Une ou deux descentes sur la réserve, et elle m’apprend à me jeter dans la pente … j’adore, c’est tellement ludique, j’ai l’impression de voler et ces descentes nous permettent de doubler pas mal de monde.

Les 10 premiers km se font très rapidement, mais je me demande si je vais tenir la cadence … je rattrape même mon chéri qui n’en revient pas et ça me donne la pêche !

ecotrail 10km

La deuxième partie du parcours est plus chaotique, le dénivelé s’accentue mais je gère ! « Le terrain est ton ami » me dit Véro, il faut en profiter, arriver sur le plat en bas, les bons en profiteront pour accélérer.

Mon chéri m’a de nouveau dépassé, et je ne le reverrai qu’à l’arrivée. Quand nous arrivons dans le parc de Saint Cloud, je me dis que je tiens le bon bout ! Nous sommes au point culminant, maintenant ça sera de la descente et du plat … Youpiiiii !

Jusque là, tout va bien

Jusque là, tout va bien

Nous nous arrêtons très rapidement au ravitaillement, juste le temps de manger 2 quartiers d’orange (les meilleures oranges de ma vie) et repartons, sans même admirer le paysage (très brumeux et pollué par ailleurs). Il fait froid malgré tout, et il ne faudrait pas se refroidir.

ecotrail 20km

Arrivées en bas, nous entamons les quais de Seine, maintenant c’est plat. Nous prenons notre compote « coup de fouet » pour reprendre des forces, mais ça non plus, ça ne passe pas, trop sucré, ça me reste sur l’estomac …

C’est maintenant une partie que je connais bien, mon terrain d’entrainement … mais je n’ai plus de jus, j’ai mal partout, … nous nous suivons tous en file indienne car les quais sont en travaux, et il faut avouer que ce n’est pas très joli.

Nous sommes parfois arrêtées aux feux à cause de la circulation qui n’est pas interrompue, c’est dommage.

Unies du début à la fin avec Véro !

Unies du début à la fin avec Véro !

Je commence à faiblir, Véro me parle et me tient par la main, c’est maintenant qu’il ne faut rien lâcher ! La Tour Eiffel se dessine de plus en plus nettement. Je commence à courir mécaniquement, en mode robot … j’ai l’impression qu’il y a toujours un moment dans une course ou le corps (et l’esprit) se met en mode « j’arrête de réfléchir et je mets un pied devant l’autre ».

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Enfin, à la sortie de l’Ile aux Cygnes, je la vois, elle est là, et j’ai l’impression de la redécouvrir !! ELLE, la Dame de Fer, LA TOUR EIFFEL !! Et un peu plus loin, je vois cette arche à portée de foulée !!

Sur les quais ... ça sent la fin !

Sur les quais … ça sent la fin !

Véro me prends la main et nous courrons les derniers mètres ensemble ! Nous passons cette ligne d’arrivée enfin après 3h29 et 11 secondes.

ecotrail arrivée

Mon chéri est là, il nous attend avec nos copains du club. Il m’avouera par la suite qu’il ne pensait pas me voir si tôt et est très fier de moi 🙂

Moi aussi je suis fière de moi (je le dis peu souvent), fière d’avoir couru tout le long même sur la fin quand j’étais HS.

Je ne visais pas de temps particulier, si ce n’est d’arriver au bout des 30km (une première pour moi) et d’arriver avant les barrières horaires … c’est fait et haut la main !!

DEBRIEF :

Après un debrief de courses avec les copains, nous sommes allés nous faire masser et manger les lasagnes d’après course. Tellement excitée, je n’ai pas réussi à faire une sieste de retour à la maison.

Cet Ecotrail a boosté mon mental, et si après le semi de Paris, je ne me voyais pas repartir pour quelques kilomètres de plus, aujourd’hui je me sens confiante et me dis « plus que 12 en plus pour le Marathon ».

Bien sûr, ces 42,195km, ne se feront pas facilement, j’ai été bien aidée par ma compère que je remercie énormément, car sans elle, j’aurais mis bien plus de temps.

Cette course a été pour moi la plus difficile tant physiquement que moralement (je ne suis pas habituée à ce dénivelé et à ce type de terrain), mais j’ai très envie de recommencer !

Et voilà ce que ça donne pour le tracé du parcours :

Capture d’écran 2015-03-24 à 09.30.02

 

 

5 thoughts on “COMPTE RENDU #4 : Ecotrail 30km de Paris

  1. Audrey

    Félicitations pour cette belle course! 🙂 518m d+ c’est déjà du bon dénivelé! Et comme tu dis, que 12km en plus pour le marathon 🙂
    J’ai lu que la compote n’était pas passée.. je reviens à la charge avec mes gels caramel beurre salé ! Ahah

    Petite question, tu penses quoi de tes chaussettes de compression?

    Audrey

    Reply
    1. admin Post author

      Merci Audrey !
      Non toujours pas pour la compote … et les gels, je suis allée dans les qq D4 proches de chez moi et je n’ai rien trouvé 🙁
      Les chaussettes, je pensais que c’était marketing au début (et pour tout t’avouer j’en ai acheté au début pour l’esthétisme). J’ai eu du mal à m’y habituer au début, mais maintenant je trouve que mes jambes sont moins lourdes. Je les ai adoptées 🙂
      Et toi tes entrainements ?

      Reply
      1. Audrey

        Je crois que je vais en acheter bientot aussi :-p Je suis probablement influencée par le marketing mais j’avais lu aussi des personnes qui avaient des périostites au tibia et qui avaient été soulagées avec les chaussettes, parce que ça atténuait les vibrations ! C’est quelle marque les tiennes?
        C’est fou ça qu’ils ne les aient pas dans les décath près de chez toi, ils sont peut-être en rupture de stock.. ce sont ceux-ci : http://www.decathlon.fr/energy-gel-carame-beur-6x25gfr-id_8288026.html

        Mon entraînement n’est pas très intense en ce moment, je ne fais que deux sorties par semaine. Je suis dans une équipe de foot aussi du coup les lendemains j’ai toujours les jambes un peu douloureuses pour faire des sorties intenses. Aujourd’hui on fait un « petit » 12km, je verrai comment ça se passe!

        Bon week end à toi

        Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *