Gérer la baisse de motivation

Motivation : terme qui désigne en psychologie un vaste ensemble de processus dynamiques, conscients ou inconscients, en particulier les émotions, qui orientent l’action d’un individu, vers un but donné.

Il est passé ou ce vaste ensemble de processus dynamiques ? Je l’ai perdu … Effectivement depuis quelques temps, ces petites phrases bien malignes me trottent dans la tête :

  • « Pourquoi fais-tu tout ça , tu n’as rien à te prouver »
  • « Tu crois que tu te sentiras mieux une fois que tu seras iron(wo)man ? »
  • « Pourquoi te faire mal alors que tu pourrais faire du paddle, de l’aviron ou du yoga, aller en salle faire de la zumba … et si je changeais de sport ? »
  • « j’aurais dû créer un blog qui aurait pour nom  » fainéantise et gourmandise  » (perso je trouve que ça claque)

Bref, la liste est longue … mais je pense me décevoir plus encore si je ne vais pas au bout de la démarche et regretterai d’avoir abandonné avant même d’avoir essayé.

j’ai donc décidé de partir à la recherche de cette f***ing motivation car l’ironman ne va pas se courir tout seul 🙁

J’arrête de chercher à être comme les autres : je ne serai jamais championne, jamais comme toutes ces filles qui font 20h de sport par semaine (ou pas) et qui nagent comme des sirènes, roulent comme Froom, courent comme des gazelles, qui sont foutues comme des bombasses qui mangent healthy (ou pas). Je suis MOI, je fais ce que je peux, c’est mieux que rien et je vis avec mes défauts et mes qualités ! je m’accepte donc comme je suis …

Je vais me fixer des mini-objectis : l’an dernier était ponctué par un semi, puis le marathon, puis d’autres courses … cette année je ne me suis finalement fixé que l’ironman car j’ai peu de visibilité sur mon planning. L’ironman est encore trop loin, je vais donc me fixer des objectifs intermédiaires pour entretenir la « pression ».

Je vais reprendre les entrainements collectifs : je vais m’atteler à reprendre les entrainements vélo du club, rouler en groupe est quand même plus convivial !

Me motiver via Instagram avec modération (cf. ce que je disais plus haut) : prendre du recul face aux stars des réseaux sociaux 😉

Et enfin, visualiser les bénéfices que m’apportent la séance (bien-être, satisfaction du travail accompli, progrès, petits pas vers l’objectif, …) et ne pas uniquement voir les aspects négatifs (fatigue, courbatures, …)

Et aussi, pourquoi pas m’acheter une nouvelle jolie tenue ? 🙂 Y en a plusieurs qui me font de l’oeil en ce moment 😉

Et vous, dans quel état de motivation êtes vous en ce moment ? Si vous avez de bons conseils à me partager, je suis preneuse !

 

4 thoughts on “Gérer la baisse de motivation

  1. Bbapp

    Bonjour…. Et oui  » foutu » motivation!!!! Pour ma part l’hiver à été terrible…. natation, run ok ms le vélo…. Et le home trainer n’est pas mon favori. Mais comme vous je ne serais pas une championne, je cherche juste à prendre du plaisir….
    Mais malgré tout je sens bien que je me mets une pression de fou!!! Dingue je n’arrive pas à lutter…. l’approche de compet’ me met ds un sale état (comme si je passais un exam). Pour le moment le CD me convient car mon homme ne partage pas ma passion. Dc les dimanches mes sorties c’est 2h30 (pas plus hein???).
    En tout cas c’est toujours un plaisir de vous lire.
    Bien à vous

    Reply
    1. Girlytriathlète Post author

      Merci pour votre message. C’est vrai que l’entrainement peut vite prendre le pas sur notre vie perso avec ces 3 activités à gérer au quotidien. Il faut trouver le juste équilibre, et si tu prends du plaisir sur CD (malgré la pression qui est finalement salvatrice au final) alors continue !! Bises.

      Reply
      1. Bbapp

        Oh oui j’adore ça…. car dès le starter je me reconnecte. C’est juste ce stress : pq je me suis inscrite, suis je capable…. peut être aussi est ce mon manque d’expérience….
        Aj plaisir de vous lire
        Bises

        Reply
  2. Elodie

    Je partage la difficulté de rester motivée même quand on est fatiguée, même quand il fait froid et gris, même quand on a juste envie de tout arrêter. Alors cette année j’ai essayé un nouveau « truc ». A chaque moment qu’il se passe quelque chose qui me donne le sourire ou la patate je l’écris sur un bout de papier (un run où je me suis sentie particulièrement bien, une journée où j’ai reçu un compliment sincère, une sortie où j’ai réussi à vaincre ma démotivation…) et je mets tous ces bout de papier dans une boîte. Les jours où c’est vraiment dur, je relis un ou plusieurs des bouts de papier. Ca permet de prendre du recul et de se remémorer les choses agréables qui nous arrivent. Coup de boost assuré.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *