Mon 5ème Ironman 70.3 aux Sables d’Olonne

Quand j’ai entendu parlé d’un nouveau Half Ironman aux Sables d’Olonne, je n’ai pas hésité avant de cliquer !

La veille :

La veille a été consacrée au retrait du dossard, à dépenser du fric dans la boutique Ironman, à préparer mes affaires pour les différentes transitions, à essayer mon vélo sur le début du parcours, à papoter avec les copains, copines venus nombreux sur l’événement … Et accessoirement à résister à mon envie de manger des crêpes, malgré toutes les crêperies qui se trouvaient sur mon passage … heureusement j’ai mangé de délicieuses pâtes 🙂

Dimanche 16 Juin :

Le premier départ nat étant donné à 10h25, c’est la première course où je n’ai pas besoin de mettre le réveil, et où je peux faire grasse mat’ jusqu’à 7h ! Nous partons tranquillement à pied pour le parc à vélo, ou j’installe un seul bidon (pourquoi en prendre 2 alors qu’avec un seul je suis large !), mes stimium, mes energy ball, et du PQ par précaution 😉

Il fait beau, et nous bullons sur la plage avant de prendre le départ, j’ai l’impression d’être en vacances ! L’eau est annoncée à 17 degrés, j’enfile donc 2 bonnets par précaution et je vais faire un plouf histoire de m’acclimater à la température et de tester le passage des premières vagues.

Je me glisse dans le SAS natation 33-36mn … même si je sais que c’est très ambitieux, je pars avec Martin histoire de ne pas arriver trop tard (on repart le soir). J’avoue, j’ai un peu honte car ce n’est vraiment pas mon niveau et j’ai peur de me faire passer dessus …

Le départ est donné, j’ai l’impression de participer à mon 1er vrai triathlon, on s’élance en courant de la plage … je pars en sprint et arrive la première dans l’eau avant de me faire bien distancer par tout le monde :-)) Passer les qq vagues, les bouées de virage arrivent rapidement pour entamer le chenal du Vendée Globe. Les spectateurs sont partout sur les digues et on sent bien leur présence, c’est grisant !

Je n’ai pas vu passer cette nat qui m’a permis de faire un temps canon : 41mn, on ne reverra pas ce chrono de si tôt !! La marée favorable nous a bien poussés, et si j’avais encore attendu pour prendre le départ, la marée aurait été encore plus favorable 😉

Une T1 pas si mal, bien que j’ai toujours du mal à trouver mon allée, mon sac, et mes affaires …

Je passe au vélo et enfourche mon dragon, je connais les 10 premiers km du parcours qui passent vite, et la suite aussi !

Je me sens bien, et me surprends à avoir soif à cause de l’eau salée … ma boisson passe bien, chouette j’en profite tant que je peux, c’est bon signe. Le parcours défile à une allure folle et je suis portée par les encouragement du public venu nombreux. Beaucoup de riverains ont sortis les tables et déjeunent en famille devant chez eux pour nous encourager !

Malgré les nombreuses relances, le parcours est une succession de toboggans, je commence à rêver à un parcours en 3h … mais le vent défavorable en fin de parcours associé à la fatigue ne m’ont pas permis de faire le temps espéré. Vers le 70ème km, Cyril un copain arrive à ma hauteur, ça fait du bien de voir une tête connue, alors on papote un peu.

Je pose le vélo en 3h03 heureuse et surtout heureuse de faire une course sans douleur particulière, un vrai bonheur ! Comme on a commencé tard le matin, J’entame la CAP en plein cagnard, on quitte le port où se trouve le parc à vélo pour aller sur le front de mer en passant par la plage …. une horreur de courir dans le sable, mais j’avoue que ce côté atypique est plutôt sympa !

La course se fait sur le front de mer, le public est encore bien présent, c’est noir de monde, je n’ai jamais vu une telle ambiance ! Il s’agit de faire 3 boucles le long de la plage, c’est vraiment sympa … mais c’est long, cette allée vers la thalasso est interminable. Comme à Aix, je marche sur tous les ravitos, remercie les bénévoles et déguste des quartiers d’orange qui font un bien fou tellement il fait chaud. Et comme à Vichy, je prends une douche chaque fois que c’est possible.

Le fait de croiser les autres concurrents qui viennent en sens inverse permet de faire passer le temps plus vite ! Sur mon dernier tour je rejoins Marie que je ne connais que sur les réseaux sociaux, du coup, je cours mon dernier tour à ses côtés, on papote, on fait connaissance 🙂 et puis la ligne d’arrivée arrive et je sprinte (comme d’habitude) … mais c’est pour ne pas avoir une personne juste devant moi sur la photo :-))

Merci à mon coach Christophe … prochain rendez-vous sur l’Ironman le 14 Juillet.

Merci à mon chéri, aux amis et aux copains qui m’encouragez sur la course ou à distance, vos petits messages sont précieux, et merci à vous qui m’encouragez sur le blog ou les réseaux sociaux !

J’espère vous avoir donné envie de vous lancer vous aussi !!

4 thoughts on “Mon 5ème Ironman 70.3 aux Sables d’Olonne

  1. Elodie

    Génial !! Ca fait plaisir de lire que l’épreuve s’est bien déroulée sans douleur particulière !!Est-ce que tu as résolu tes soucis digestifs ? Je me demandais, pourquoi est-ce que tu mets 2 bonnets ?

    Reply
    1. Girlytriathlète Post author

      Coucou Elodie,
      Oui ça se résout, mais je n’ose pas dire que tout est résolu pour autant …
      Je mets 2 bonnets par peur du froid 🙂

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *