COMPTE RENDU#3 : Semi-Marathon de Paris 2015

Le week end dernier avait lieu ma première course de l’année … le fameux semi marathon de Paris que je courais pour la 2ème fois.

Retrait des dossards :

Retrait du dossard samedi après-midi … j’y suis allée à « l’heure de pointe » vers 16h, il y avait un monde fou et la queue pour accéder à l’intérieur du Hall s’étendait sur au moins 500m dans le parc floral.

Heureusement, nous n’avons finalement pas tant attendu (merci à l’organisation bien rôdée), le soleil, et la douceur printanière nous ont permis d’attendre dans la joie et la bonne humeur.

Avec le dossard, nous avons eu droit à un joli tee shirt technique bleu roi (mieux que l’année dernière) … avec une coupe femme cintré, col V. Pour une fois, un tee shirt qui ne sera pas recyclé pour les activités de bricolage. Dommage que le sponsor Adidas n’ai pas « sponsorisé » ce tee shirt ;-(

photo-23

Ne vous fiez pas au prénom sur le dossard …

Un sac dans la lignée du tee shirt, et une gourde à accrocher via un mousqueton à la ceinture qui est partie directement à la poubelle (mauvaise qualité et pas pratique du tout).

Journée de la femme oblige, les femmes ont eu droit « en plus » à un cadeau … je m’attendais à un goodies sympa … euh comment dire … un « bracelet » ou plutôt un ruban rose à nouer avec pour slogan «  14 494 runneuses & moi » … bof bof bof …

Le village expo était plutôt sympa, j’en ai profité pour acheter une ceinture porte bidons (dont je ne me servirai pas) et des chaussettes (c’est bien connu, on n’a jamais assez de chaussettes)

Je suis également passée sur le stand Vita Coco où l’on m’a gentiment offert une brique de boisson et un sac de la marque. J’avais souvent entendu parler de cette boisson sur Instagram (ah le marketing viral) et j’ai pu enfin y gouter … je l’inclurai dans mes smoothies désormais.

Le mur de messages ... trouvez le mien ;-)

Le mur de messages … trouvez le mien 😉

Cette virée effectuée, et de retour à la maison, les choses sérieuses ont commencé avec le choix et la préparation de la tenue ;-)… étape qui peut sembler superficielle pour certains, mais importante pour moi. Choisir la tenue dans laquelle je me sentirai bien (et belle accessoirement), la préparer afin de ne pas être stressée le matin de la course est une étape indispensable et qui fait partie du rituel (et de la fête).

Mes affaires sont prêtes !

Mes affaires sont prêtes !

Jour J :

Levée à 8h (mais réveillée à 6), j’ai déjeuné de pain et de beurre comme d’habitude et bu un grand verre de jus d’orange fraichement pressées.

Partis à 9h15 (merci mon chéri d’avoir un scooter qui permet d’éviter les embouteillages et les problèmes de stationnement) et arrivés à 9h45, nous avons pris notre temps pour faire les photos, profiter de l’ambiance et nous préparer avant de rentrer dans LE SAS.

Je fais encore ma maline ...

Je fais encore ma maline …

Une fois rentrée dans mon sas (1h50), l’attente est longue jusqu’à 10h40, je me trouve une petite place au soleil et assise pour patienter en profitant de l’ambiance festive, encore emmitouflée dans un gros pull que je quitterai au moment du départ (vu ma tenue … il valait mieux être couverte en attendant la course …). J’entends successivement les départs des différentes vagues, puis on avance à petits pas pour rejoindre LA LIGNE.


photo_generale_7701936

 

Le départ est donné et me voilà partie à l’assaut des 21,1km. Théoriquement j’ai pour consigne de ne pas dépasser les 6mn/km, (pour ne pas me mettre dans le rouge comme à Boulogne), mais je veux faire mieux, et tant qu’il est possible de courir plus vite, je préfère en profiter. Mon chéri est à la première intersection et m’attend pour m’accompagner durant la course.

Les 5 premiers kilomètres défilent à vive allure, et je ne les vois pas passer. Je m’entends même redire « ah déjà ? » j’ai comme l’impression que ça va être facile …

J’enchaine les 5 kilomètres suivants assez fraiche, je me sens bien, les spectateurs nous encouragent, il fait beau, il commence à faire bien chaud, je suis un peu portée par l’ambiance, mes jambes et mon souffle vont bien.

photo_generale_7564992

Entre les km 10 et 11, je commence à souffrir, le profil est maintenant « montant » et j’ai plus de mal … j’ai peur de lâcher. Je commence à avoir mal aux jambes, et notamment à la jambe gauche qui me fait souffrir ces derniers temps … j’ai l’impression qu’une crampe latente se tapit dans l’ombre …

photo_generale_7564996

Je reprends un peu de pêche jusqu’au km 13 avant d’avoir de nouveau un coup de pompe entre le 14 et le 15ème.

Au km 15  je reprends un peu de vigueur grâce à l’orchestre qui joue « Fame » … j’ai presque envie de danser … je pense encore peut être pouvoir faire 2h00 (je n’ai pas les temps de passage en tête, il faudra que je porte un bracelet pour la prochaine course).

Entre le 16ème et le 18ème, j’ai de nouveau un coup de moins bien, surtout que le parcours recommence à monter … pourquoi une côte si proche de la fin ?? je continue de boire mon Overstim maintenant chaud et mousseux à cause de la chaleur et des secousses pour ne pas perdre mes (dernières forces) … je vois de plus en plus de gens marcher, d’autres sur le bas-côté, couchés et escortés par les secours. Je rentre dans une mécanique, je ne pense plus, juste à avancer et suis le train des coureurs qui maintenant courent en silence … je pense qu’ils sont tous comme moi … ils courent mécaniquement, il faut juste suivre le train …

Je me repasse les conseils de mon coach « tu accélères les 3 derniers km » … et là, il faut vraiment que j’accélère sous peine de ne pas battre mon record !

Souriante pour la photo ... mais je souffre :-)

Souriante pour la photo … mais je souffre 🙂

Dans un dernier sursaut, j’accélère à partir du kilomètre 19, je regarde mon chrono … je ne peux pas ne pas battre mon record ! mon chéri me laisse, il ne peut pas passer la ligne d’arrivée avec moi, mais me dit de ne rien lacher de continuer à accélérer jusqu’à la fin … encore une fois je passe l’arche d’arrivée en sprint !

25164808

Le chrono officiel dira 2 :03 :27 soit une minute de moins (en gros) que l’année dernière et 30 secondes de moins qu’à Boulogne.

Une fois l’arrivée passée, il faut marcher environ 300m pour récupérer sa médaille et accéder au ravitaillement. Cela permet de décompresser en douceur et de s’étirer. C’est à ce moment-là que je m’aperçois que ce ne sont pas mes jambes qui me font le plus mal, mais les aisselles qui sont très irritées à cause des frottements (bref, je marche avec les bras écartés maintenant).

Fière de ma nouvelle médaille

Fière de ma nouvelle médaille

Voilà, je viens de boucler mon 3ème semi … quand je me tourne vers le passé, je ne pensais pas un jour courir des semi-marathon …

Parcours et temps de passage en image

Parcours et temps de passage en image

Quand je me projette dans le futur, je me demande comment je vais courir le marathon (dans un mois maintenant) … bien sûr, je le courrai moins vite, mais courir 2 fois 21km ne va pas être une mince affaire … je savais que je faisais une folie quand je me suis inscrite, mais j’en mesure encore plus les impacts aujourd’hui.

Cela dit, se fixer des objectifs fait aussi avancer et peut être que dans un mois je me dirais que je n’aurais jamais pensé pouvoir courir un marathon 😉

8 thoughts on “COMPTE RENDU#3 : Semi-Marathon de Paris 2015

  1. Pingback: Objectifs du mois de Mars - Girly Triathlète

  2. Pingback: Planning 2015 - Girly Triathlète

  3. angélique B.

    Bravo pour ce semi, ton récit me donne envie d’aller plus loin dans la course a pied merci

    Reply
    1. admin Post author

      Je suis heureuse de pouvoir te motiver !! Tout est question d’entrainement et de motivation 🙂

      Reply
  4. Audrey

    Aaaah voilà tu l’as battu ton record! 😀 En tout cas pour la météo ils ont misé juste ! Super article au fait 🙂

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *